mercredi 14 janvier 2015

Naissance et Baptême du vénérable abbé Henri Marie Boudon

Prière au jour du Baptême, d’après Saint Sophrone, patriarche de Jérusalem

Ô Trinité transcendant tous les êtres par ton excellence et ta suprême divinité, Tout-puissant qui vois tout, Invisible que nul ne peut saisir, Créateur des êtres spirituels et doués de raison, pure essence du Bien, Lumière inaccessible qui, venant dans le monde, illumines tout homme, éclaire-moi aussi, ton indigne serviteur; illumine les yeux de mon intelligence, afin que j'ose célébrer tes bienfaits et ta puissance infinis.

Baptême du Christ dans le Jourdain,
par Jacopino da Reggio, XIIIe
Agrée ma prière pour le peuple ici présent; puissent mes fautes ne pas empêcher la venue de ton saint Esprit; accorde-moi plutôt de pouvoir, sans être condamné, te crier et te dire aussi maintenant, suprême Bonté: Nous te glorifions, Seigneur ami des hommes, Tout-puissant, Roi d'avant les siècles. Nous te glorifions, Auteur de l'entière création.
Nous te glorifions, Fils unique de Dieu que sans père une Mère a conçu et qui sans mère du Père est issu. Au cours de la fête passée, c'est comme enfant que nous t'avons vu; en la présente fête nous contemplons ta perfection, comme le Parfait, né du Parfait, se manifestant notre Dieu.

Car ce jour est pour nous celui de la Fête: le chœur des Saints est assemblé avec nous, les Anges s'unissent à la festivité humaine.
En ce jour la grâce du saint Esprit, sous forme de colombe, est descendue sur les eaux.
En ce jour le soleil sans déclin s'est levé, le monde est éclairé par la lumière du Seigneur.
En ce jour la lune éclaire aussi le monde par la clarté de ses rayons.
En ce jour les astres lumineux embellissent l'univers en rayonnant de tous leurs feux.
En ce jour les nuées distillent depuis le ciel une rosée de justice pour l'humanité.
En ce jour l'Incréé veut que sa propre créature lui impose la main.
En ce jour le Prophète et Précurseur vient au-devant du Maître, mais il approche en tremblant, voyant Dieu s'abaisser jusqu'à nous.
En ce jour les flots du Jourdain acquièrent la vertu de guérir par la présence du Seigneur.
En ce jour un courant mystique abreuve l'entière création.
En ce jour les fautes des humains sont lavées par les eaux du Jourdain.
En ce jour le Paradis s'est ouvert pour les hommes et le Soleil de justice répand sur nous sa clarté.
En ce jour l'eau amère, comme au temps de Moïse, pour le peuple est changée en eau douce par la présence du Seigneur.
En ce jour nous mettions fin à l'antique lamentation et nous fûmes sauvés, en nouvel Israël.
En ce jour nous étions délivrés des ténèbres pour resplendir clairement de la connaissance de Dieu.
En ce jour la grisaille du monde est dissipée par l'épiphanie de notre Dieu.
En ce jour l'entière création brille comme lampe allumée depuis le ciel.
En ce jour l'erreur fut abolie, l'avènement du Maître nous traçant la voie du salut.

Ce jour est une fête en haut comme ici-bas, les êtres de ce bas monde rencontrent ceux des hauteurs.
En ce jour les vrais croyants élèvent leur voix joyeuse en une sainte festivité.
En ce jour le Maître se hâte vers le baptême pour relever l'humanité.
En ce jour l'Immuable s'incline vers son propre serviteur pour nous libérer de la servitude.
En ce jour nous avons acquis le royaume des cieux, ce règne du Seigneur qui n'aura pas de fin.
En ce jour la terre et la mer ont partagé la joie du monde, un monde que l'allégresse a rempli.

Les eaux te virent, ô Dieu, les eaux te virent et furent en émoi. Le Jourdain retourna en arrière, voyant le feu de la divinité descendre en un corps et venir jusqu'à lui.
Le Jourdain retourna en arrière, lorsqu'il vit l'Esprit saint descendre sous forme de colombe et voler autour de toi.
Les eaux du Jourdain en Terre Sainte
Le Jourdain retourna en arrière, voyant l'Invisible se laisser voir, le Créateur ayant pris chair, le Maître sous la forme de serviteur.
Le Jourdain retourna en arrière, et les montagnes bondissaient voyant Dieu dans la chair.
Les nuées firent entendre leur voix, s'émerveillant que soit venu, Lumière de Lumière, le vrai Dieu né du vrai Dieu.

En ce jour de fête nous voyons au Jourdain le Seigneur y engloutir les chaînes de l'Enfer, l'aiguillon de l'erreur, la mort que la désobéissance nous valut, et donner au monde le Baptême du salut. C'est pourquoi, moi aussi, bien que pécheur et indigne de te servir, après avoir rappelé tes merveilles et tes hauts-faits, saisi de crainte et plein de componction, je m'écrie: Tu es grand, Seigneur, tes œuvres sont admirables, et nulle parole ne suffira pour chanter tes merveilles.

C'est toi qui as voulu conduire toutes choses du non-être à l'existence; par ta puissance tu soutiens l'univers, par ta providence tu diriges le monde. Des quatre éléments tu composas la création, des quatre saisons tu couronnas le cycle de l'année. Elles tremblent devant toi, les célestes puissances spirituelles: c'est toi que chante le soleil, c'est toi que la lune glorifie; c'est avec toi que s'entretiennent les astres, c'est à toi que la lumière obéit; devant toi frémissent les océans et les sources sont tes servantes.
Tu déployas les cieux comme une tente, tu affermis la terre sur les eaux; la mer, tu l'entouras de sable, et l'air, tu le répandis pour qu'on le respirât. Les puissances angéliques te servent dans le ciel, les chœurs des Archanges se prosternent devant toi; les Chérubins aux yeux innombrables et les Séraphins aux six ailes qui font cercle autour de toi et volent à l'entour de ta majesté se couvrent la face par crainte de ta gloire inaccessible.
Toi le Dieu que nul espace ne peut circonscrire, toi le Dieu ineffable et sans commencement, tu es venu sur terre, prenant forme d'esclave et ressemblance avec les hommes; car tu n'as pas souffert, Seigneur, dans la tendresse de ton cœur, de voir le genre humain sous la tyrannie du démon, mais tu es venu et tu nous as sauvés.

Nous reconnaissons ta grâce, nous proclamons ton amour, sans cacher tes bienfaits. Tu as libéré notre nature dès le germe, par ta naissance tu as sanctifié le sein virginal; toute la création te chanta lorsque tu apparus. Car toi, ô notre Dieu, tu t'es montré sur la terre et tu as conversé avec les hommes. C'est toi aussi qui sanctifias les eaux du Jourdain, envoyant du ciel ton saint Esprit, et tu as écrasé la tête des dragons qui s'y cachaient.

Toi donc, Ami des hommes et notre Roi, viens aussi maintenant par l'effusion de ton saint Esprit et sanctifie cette eau.
Et donne-lui la même bénédiction et vertu rédemptrice qu'à celle du Jourdain. Fais-en une source d'immortalité, un trésor de sanctification, pour la rémission des péchés, la guérison des maladies et la perte des démons; qu'elle soit inaccessible aux puissances ennemies et remplie de pouvoir angélique!
Trinité Sainte, petites heures du duc de Berry
Afin que tous ceux qui en prennent et en boivent trouvent en elle la purification de leur âme et de leur corps, le remède à leurs passions, la sanctification de leur maison et toute sorte de profit. Car c'est toi notre Dieu, celui qui par l'eau et l'Esprit renouvelas notre nature vieillie dans le péché. C'est toi notre Dieu, qui au temps de Noé submergeas le péché sous les eaux. C'est toi notre Dieu, qui par la mer fis passer de la servitude de Pharaon à la liberté, sous la conduite de Moïse, la nation des Hébreux.
C'est toi notre Dieu, qui fendis la roche au désert, au point que les eaux coulèrent en torrents pour abreuver ton peuple assoiffé. C'est toi notre Dieu, qui par l'eau et le feu fis qu'Elie détourna Israël de l'erreur de Baal. Toi-même, Seigneur, encore à présent, sanctifie cette eau par ton Saint Esprit. Et donne à tous ceux qui vont la toucher, s'en oindre ou en goûter, sanctification, bénédiction, purification et santé.

Sauve, Seigneur, tes serviteurs (notre roi N. et tous) les chrétiens fidèles.
En paix garde-les sous ta protection; accorde-leur ce qu'ils demandent pour leur salut et la vie éternelle.

Souviens-toi, Seigneur, de notre archevêque (ou évêque) N., de l'ordre presbytéral, des diacres qui servent dans le Christ, de tout le clergé et du peuple présent, ainsi que de nos frères absents pour un juste motif; en ton immense miséricorde aie pitié d'eux et de nous. Afin que par les éléments, par les Anges et les hommes, par le monde visible et invisible soit glorifié ton nom très-saint, avec le Père et le Saint Esprit, maintenant et toujours et dans les siècles des siècles. Amen.




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire