dimanche 3 mars 2013

3e Dimanche de Carême : aimons la Croix, aimons nos croix

Sede Vacante
Prions pour les Cardinaux



Vénérable abbé Henri-Marie Boudon,

"Les saintes voies de la Croix" 
Livre IV, Chapitre V,

A quel point nous devons aimer la Croix !

Simon de Cyrène aide Jésus à porter sa Croix, par le Titien



   L'amour suit l'estime ; nous aimons les choses à proportion de l'état que nous en faisons. 
 
   (…) Jésus Dieu-Homme les a aimées ; donc elles sont aimables. Il les a aimées avec des ardeurs inexplicables ; donc elles doivent être les sujets de nos plus fortes complaisances. Que les hommes disent tout ce qu'ils voudront ; quand tous ensemble s'uniraient pour nous insinuer le contraire, il en faut demeurer aux sentiments d'un Dieu. Tous les hommes peuvent se tromper, un Dieu ne peut ni se tromper, ni tromper les autres. Celui qui le suit marche dans la lumière et la vérité : tout autre chemin est égaré et plein de ténèbres.
 
   L'adorable Jésus notre Dieu a aimé les souffrances. Elles ont été son trésor, sa joie, sa gloire, ses délices, son cœur, son amour. Il épouse la croix dès son entrée au monde, c'est pourquoi il est l'homme de douleurs ; il ne la quitte point, il y vit, il y meurt
 
   Vous diriez qu’il ne trouve point de termes pour expliquer à son goût les inclinations qu'il a pour elle. Il ne lui suffit pas de dire qu'il la désire, mais il assure qu'il la désire d'un grand désir, c'est-à-dire d'un désir que les anges et les hommes doivent adorer, mais dont ils ne pourront jamais pénétrer la grandeur.

   L'amour de la croix le presse si vivement que des personnes de toutes sortes d'âges et de conditions l'environnant, en sorte que l'on se foulait les uns les autres, tout à coup il s'écrie au milieu d'un long discours : J'ai été baptisé d'un baptême, entendant parler de sa Passion ; et comment suis-je pressé jusqu’à ce qu’il s’accomplisse ? (Luc. XII, 50) Mais cet amour l'occupait si continuellement que dans le temps même qu'il faisait paraître les éclats de sa gloire sur le Thabor, il s'entretient des excès de peines qu’on lui devait faire souffrir.

   Ce n'est pas tout, il est tellement transporté de l'amour de la croix qu'il appelle Satan le prince des apôtres, lorsque par une grande bonté naturelle il veut l'en détourner ; et il nomme Judas son ami, lorsqu'il lui donne le moyen d'aller au supplice qu'il y doit endurer. Il dit à saint Pierre dans cette occasion, qu'il se retire de lui, qu'il lui est un scandale : et il se lève et va au-devant du disciple qui le trahit pour lui donner le baiser de paix. Madeleine, sa grande amante, n'aura que ses pieds ; Jean, son heureux favori, aura la poitrine ; mais sa bouche est réservée pour Judas. C'est la réflexion de l'auteur du Livre de la croix.
 


Jean Lievens, étude du visage du Christ couronné d'épines.

Devant un tel exemple, comment pourrions-nous ne pas prendre notre croix, cette croix qu'Il a Lui-même porté jusqu'au bout et déjà vaincue ?

Courage ! Continuons notre chemin vers Pâques en portant de dignes fruits de conversion et de charité pour Sa plus grande gloire !


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire